Rapport pouvoir et opposition

Posté par cpjil le 23 mars 2011

Aujourd’hui,si vous avez les yeux bandés et si vous posez la question suivante: « A quel moment de la journée sommes nous? », un homme politique de la majorité au pouvoir vous repondra par exemple « il fait jour ». Un autre de l’opposition vous dira immediatement « il fait nuit ». Si l’homme de la majorité avait répondu « il fait nuit », celui de l’opposition aurait dit « il fait jour ». Effectivement, c’est le jour et le nuit entre la majorité au pouvoir et l’opposition sur la quasi totalité des sujets et des problèmes de la société. C’est par la démagogie, l’hypocrisie et « la dictature démocratique » que les hommes politiques gouvernent et que les crises à répétion sont gérées. Où sont donc passé la raison, la vérité, l’honneteté, le courage, le bon sens et l’humilité? Dans cette crise de la démocratie à l’occidentale, chaque parti politique entretient ses médias pour animer la crise de la vérité au selon les intérets du parti, à tel point que, plus que jamais, la vérité est méchamment et dangereusement déguisée, retenue et confisquée à la source. Sur un même sujet, lorsque vous achetez deux journaux différents de par leur sensibilité politique, vous êtes perdus et ne savez à quel journal accorder votre crédit, tellement les écrits sont contradictoires. Tout est écrit, sauf la vérité. Le refus de vérité et le recours au mensonge selon les circonstances et les intérêts en jeu sont des attitudes qui se retrouvent partout dans le monde, à telle enseigne que les populations se trouvent dans un désarroi sans précédent devant la crise de la vérité au sein de la démocratie à l’occidentale. Le pire est que aujourd’hui, une personne honnête et juste ne peut pas dire la vérité sur un sujet à connotation politique ou économique sans être taxée de vendue, de corrompue à la solde de tel ou de tel parti politique. Elle risque parfois sa vie ou celle de ses proches selon l’enjeu politique et économique.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Rapport finale de la Mission d’Observation Electorale de la CSCI

Posté par cpjil le 8 mars 2011

Rapport finale de la Mission d'Observation Electorale de la CSCI pdf Rapport finale de la Mission d’Observation Electorale de la CSCIpdf Rapport finale de la Mission d’Observation Electorale de la CSCI

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Lettre ouverte au Président Gbagbo

Posté par cpjil le 7 mars 2011

Monsieur le Président,

 

On ne peut pas faire le bonheur de quelqu’un contre son gré. De même vous ne pouvez faire le bonheur des ivoiriens sans leur accord.

Il y a eu des élections et le ivoiriens dans leur grande majorité ont décidé de confier leur sort à Alassane Ouattara.

C’est vrai Alassane Ouattara est de nationalité douteuse. C’est aussi vrai que Alassane Ouattara est le père de la rébellion qui vous a empêché de mettre en œuvre le programme pour lequel le peuple de Côte d’Ivoire vous a brillamment élu en 2000. C’est également vrai que votre programme de gouvernement et votre projet de société sont largement meilleurs à ceux d’Alassane Ouattara. C’est afin vrai que Alassane Ouattara est le candidat de l’étranger et qu’il travail non pour les Ivoiriens mais pour des intérêts extérieures.

 

Monsieur le Président, vous êtes l’homme qu’il faut à la Côte d’Ivoire et à l’Afrique. Vous êtes un démocrate et vous travaillez pour l’intérêt des ivoiriens.

Tout cela a été le thème de notre campagne électorale.

Nous avons été déçu lorsque nous n’avons pas remporté les élections au 1er tour. Mais nous étions tout de même confiant de savoir que notre adversaire au 2nd tour était Alassane Ouattara. Car pour nous il était plus facile de battre Alassane Ouattara que BEDIE.

Nous avons donc par tous les moyens fait connaître aux ivoiriens la nécessité de vous choisir et les conséquences qui pourraient en découler du choix d’Alassane.

 

Mais Monsieur le Président, les ivoiriens ont décidé autrement.

 

Monsieur le Président, ces élections ont montrées que en Côte d’Ivoire comme partout en Afrique, les électeurs ne votent pas en considérations des idées mais selon des affinités ethniques et religieuses. Il faut encore beaucoup de temps pour espérer changer les mentalités.

 

Monsieur le Président, l’enjeu du second tour était les voix du PDCI et à un degré moins ceux de l’UDPCI. Or les résultats ont montré que les militants du PDCI et de l’UDPCI ont votés dans leur grande majorité Alassane Ouattara. Et cela était prévisible.

Les militants du PDCI et de l’UDPCI se posaient une seule question : « que dit BEDIE ou MABRI ? ». Toutes les autres questions n’avaient aucune importance pour eux.

C’est pour cela que vous remarquerez que dans toutes les régions où BEDIE a remporter au 1er tour à Alassane Ouattara a gagné dans ces régions. On peut citer les régions du Bas sassandra, des Lac, du N’Zi comoé.

 

Monsieur le Président, comment expliquer le faite que vous ayez perdu à Yamoussoukro vu tout ce que vous y avez réaliser ? Même le PDCI sous BEDIE n’a pu faire autant de réalisations dans cette ville. Pourtant Yamoussoukro a choisi Alassane Ouattara. Cela pour dire encore que en Côte d’Ivoire nous votons non pas les idées mais selon des considérations ethniques et religieuses.

Si dans les localités favorables au PDCI ou à l’UDPCI nous n’avons pas pu gagné les élections, que peut on espérer des régions du Nord majoritairement RDR ?

 

Alassane Ouattara a mené une campagne agressive. Quelles autres réactions pouvez vous attendre d’un militant du PDCI qui voit sur des posters géants son leader BEDIE tenir par l’épaule Alassane Ouattara ? Ou des militants des partis qui voient leur leader sur des posters géants avec Alassane Ouattara ? Alassane a montré au cours de cette campagne qu’il incarne l’unité nationale.

 

Monsieur le Président l’argument selon lequel il y eu des fraudes au Nord n’est pas solide pour soutenir que vous êtes le vainqueur de ces élections. Même si cela était avérer, nous savons que dans de tel circonstance il aurait fallu reprendre le scrutin comme le préconise l’article 64 nouveau de notre code électorale. Le conseil constitutionnel a donc assassiné le droit et la volonté du peuple pour vous donner la victoire.

 

Monsieur le Président, même DIEU ne peut pas faire le bonheur de l’homme sans son consentement. DIEU nous demande d’avoir foi en JESUS pour avoir la vie. Mais en aucun cas il ne nous oblige. Chacun est donc libre de son choix  et d’en assumer les conséquences. Ne chercher pas à réaliser ce que Dieu ne peut faire. DIEU n’est pas dans ce combat. Lui-même il est respectueux de la volonté populaire.

 

Monsieur le Président laisser les Ivoiriens expérimenter leur choix. Et c’est sur comme le fils prodigue des évangile, ils retourneront vers vous pour leur véritable bonheur.

Ne suivez pas les conseils de ceux qui vous disent de conserver le pouvoir. Il ne le font pas au nom du peuple mais en leur nom personnel et cela pour la préservation de leur avantage.

Que DIEU puisse vous éclairer.

 

Conférence des Patriotes pour la Justice, l’Indépendance et les Libertés.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Bonjour tout le monde !

Posté par cpjil le 4 mars 2011

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

 

comitedesfeteschallans |
Blainville Humanitaire et s... |
les bisounours |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tous pou une Amitié durable
| Le Petit Thèâtre de Babylas
| ENFANTS AVENIR